Le Nouvelliste | La PADF parie sur les entrepreneurs de la diaspora

Economie -

Encourager les membres de la diaspora à revenir investir en Haïti, c’est l’un des objectifs poursuivis par la « Diaspora Initiative Challenge », un des volets du projet LEAD (Leveraging Effective Application of Direct Investments) piloté par la Fondation panaméricaine de développement (PADF). Et, en l’honneur des 10 lauréats du concours de plan d’affaires lancé dans le cadre de ce projet, sur un total de 200 applications reçues, un déjeuner a été offert à l’hôtel Marriott le vendredi 28 avril 2017. Pour Jean Patrick Lucien, coordonnateur du projet et également entrepreneur qui, depuis quatorze ans, effectue des va-et-vient réguliers en Haïti, son pari de connecter les idées d’affaires de la diaspora pour une meilleure implémentation dans le pays est en passe de devenir réalité. En l’espace de cinq mois, les organisateurs – Fondation EDEM, GRAHN-États-Unis, NAAHP et Société de recherche haïtienne – ont eu à départager 200 plans d’affaires pour arriver à 10 finalistes parmi les postulants ayant pris part à un concours. Des postulants qui proviennent non seulement des États-Unis, mais aussi de la Moldavie, de la République dominicaine et du Canada. Certains des finalistes présents à Marriott ce vendredi-là se démarquent par le caractère ambitieux de leur projet d’entreprise tandis que d’autres par la fougue avec laquelle ils ont présenté leur projet durant les 5 minutes qui leur étaient imparties. Certaines entreprises comme Autogaz S.A. ou Kleren Bongou fonctionnent déjà alors que d’autres sont actuellement en cours d’implémentation. Le défi maintenant, comme Jean Patrick Lucien a tenu à le signaler, est d’arriver à connecter chacune de ses entreprises à un partenaire [financier]. Quid des finalistes ? Wisblaude Thermidor, étudiant à Yale University, a été retenu pour son projet visant à exporter des produits agricoles haïtiens sur le marché international. À travers son projet, il entend fournir aux agriculteurs un accès au marché, au crédit et un encadrement technique. Des outils qui font cruellement défaut au secteur agricole haïtien. Son projet en phase d’implémentation, Wisblaude Thermidor est actuellement en quête de partenaires solides, sérieux et crédibles qui viendront s’ajouter aux mentors, experts de l’import/export et de la finance, ainsi qu’aux membres influents de la diaspora avec lesquels il est en train de travailler. Contrairement aux autres finalistes, Jean Conille, avec son entreprise Autogaz S.A., a été tour à tour récipiendaire du prestigieux prix international de leadership économique de l'Institut diplomatique international de Washington (parrainé par le Heritage Foundation Group) et Digicel Entrepreneur de l'année 2015. En effet, la société Autogaz S.A., une chaîne de stations-service permettant aux conducteurs de convertir des véhicules (tap-tap) à essence au propane gratuitement, a été sélectionnée par PADF.org comme l'une des 10 meilleures idées de développement de membres de la diaspora haïtienne. Scheeler Devis, qui est actuellement une référence à Petit-Goâve, veut vendre son clairin tant sur le marché national que sur le marché international. Il produit aussi du rhum mais ne cache pas sa passion pour le brandy. Si Devis entrevoit des perspectives de création de 200 emplois, il rencontre actuellement des problèmes de financement pour industrialiser cette filière. Nedjeda Jean-Paul, unique femme d’entre les finalistes, promeut un projet de laboratoire d’analyse médicale à Saint-Marc pour desservir la population de l’Artibonite. En passe d’obtenir une maîtrise à Montréal, elle veut se procurer pour son laboratoire des machines à la pointe de la technologie. Pour y parvenir, elle réclame de l’aide technique et financière. Paul Obed Dumersaint, le seul qui réside en Haïti, caresse une approche public-privé qui vise à faire de l’argent tout en résolvant les problèmes du pays. Son projet, dont un des volets concerne la gestion des déchets municipaux, démarre par un test pilote en août prochain. Absents, les cinq autres finalistes n’ont pas pu prendre part à ce déjeuner. Il s’agit d’Emmanuel Ronald Bertrand, de Steve Chérestal, de Michel DeGraff, de Marc Raphaël et de Marcel Wah.

- See more at: http://www.lenouvelliste.com/article/170869/le-padf-parie-sur-les-entrepreneurs-de-la-diaspora#sthash.GFyQgxet.dpuf